Le Baroudeur

« Explorateur urbain et photographe, connu sous le pseudonyme « Le Baroudeur », originaire de Léglise et vivant actuellement à Miècret (Havelange). Je travaille comme éducateur-animateur dans une maison de quartier.
J’ai eu mon premier appareil Reflex à l’âge de 19 ans, mais ce n’est que 5 ans plus tard que je me suis vraiment mis à la photo. Cette activité est pour moi un échappatoire de la vie quotidienne, cela me permet de pouvoir être dans ma bulle, sans penser à rien d’autre que le moment présent.

J’ai commencé d’abord la photo par la prise de clichés de la nature, de paysages, de choses diverses et variées que l’Ardenne peut nous offrir au fil des saisons. Je profite maintenant de la même chose mais dans le Condroz et la Famenne.

Après avoir photographié des paysages pendant deux ans, je me suis mis à la photo de modèles afin de pouvoir diversifier mon travail. C’est une toute autre approche de la photo, et cela permet de mettre l’humain en valeur. De travailler la beauté de différentes manières, de pouvoir jouer avec les éléments de nature tout comme en studio.

Très vite après avoir découvert le travail avec modèle, j’ai découvert l’urbex, via des connaissances qui pratiquaient cette discipline. Cette découverte fut une révélation pour moi au niveau photographique.

Le principe est de partir à la découverte de ce que l’homme a construit au fil des années, comme des friches industrielles, des hôpitaux, des châteaux, des maisons, diverses usines, etc. Lors de ces différentes découvertes munis de mon appareil photo, j’essaie de raconter l’histoire des lieux en capturant différentes prises de vue. Tous ces lieux sont délaissés petit à petit au rythme des transitions économiques, des délocalisations, de la vie moderne, … 

Outre la démarche photographique et artistique, j’essaie de garder une mémoire de ce que l’homme a construit pour pouvoir le partager au grand public. En effet, certains lieux sont malheureusement détruits pour laisser place à de nouvelles constructions. Il est très important selon moi de pouvoir garder une trace du passé et de pouvoir faire découvrir aux générations futures. J’aime particulièrement témoigner du riche passé industriel qui a existé en Belgique mais qui depuis plusieurs années tend à disparaître à la suite de nombreuses fermetures et délocalisations.

Grâce entre autres à l’urbex, j’ai pu voir une très belle amélioration dans mon travail photographique aussi bien dans la recherche de prises de vue, que dans le post-traitement des photos.

Durant ces dernières années j’ai eu également l’occasion de pouvoir faire différentes formations afin de pouvoir manier mon appareil photo de manière optimale, découvrir de nouvelles techniques de travail avec les modèles, mais surtout de pouvoir encore mieux connaitre les différents programmes de post-traitement photos.

Depuis 2015, j’ai eu l’occasion de pouvoir exposer à différents endroits, que ça soit dans des expositions collectives ou des expositions « solo ». Lors de ces différentes manifestations, il a été pour moi très enrichissant de pouvoir discuter avec le public sur les différentes photos, mais pas seulement. J’ai également eu l’occasion de rencontrer des personnes chez qui la vision de certaines de mes photos a ravivé de nombreux souvenirs. Je me souviens, lors d’une exposition, avoir rencontré une personne qui avait travaillé dans une usine où j’avais fait des photos.

Comme j’ai pu voir des réactions étonnées de la part des visiteurs en découvrant qu’un panel impressionnant d’endroits à l’abandon nous entourait. J’ai dès lors pris conscience que ces clichés pouvaient avoir une petite résonnance chez quelques-uns.

En 2020, j’ai commencé à tester la photographie en affût afin de pouvoir observer ce que la nature peut nous apporter en termes de biodiversités. »

 

Date

Juin 01 2024 - Juil 30 2024
Chargement...

Heure

10:00 am - 6:00 pm

Lieu

Le Café des Artistes
Rue de la Haie Himbe, 1 - 6940 Durbuy